Bienvenue sur le site du Conseil de Presse (CdP)

Il a fallu beaucoup de temps à la presse écrite luxembourgeoise pour s’organiser enfin sous une seule organisation faîtière. En effet, bien qu’il existe une presse locale « établie » et régulièrement publiée au Luxembourg depuis le XIXe siècle, ce n’est qu’en 1979 que le Conseil de Presse a été créé par une loi.

Le 20 décembre 1979, la « Loi relative à la reconnaissance et à la protection du titre professionnel de journaliste » a été adoptée par le Parlement. Ainsi, peu de temps après, le gouvernement Thorn-Vouel (le premier sans participation conservatrice depuis la Seconde Guerre mondiale) a été remplacé. La coalition sociale-libérale avait déjà introduit des subventions d’État à la presse en 1976 afin d’éviter une mort massive des journaux.

Il convient de noter que le texte de loi a été signé par le premier ministre du CSV de l’époque, Pierre Werner, et l’ancien premier ministre et ministre de la justice à court terme, le libéral Gaston Thorn. À l’époque, il n’y avait ni ministre ni secrétaire d’État qui aurait été responsable de la politique des médias.

Les fonctions du Conseil de Presse sont multiples. Celle qui est probablement la plus remarquée par le public est la délivrance de cartes de presse officielles. Celles-ci sont délivrées aux journalistes qui sont soit employés par l’un des médias basés au Luxembourg, soit aux journalistes indépendants. Les conditions comprennent la preuve que le candidat tire l’essentiel de ses revenus du travail journalistique et qu’il a suivi une période de formation de deux ans, pendant laquelle il doit suivre les cours obligatoires organisés par le Conseil de Presse. Les sujets des cours sont le code de déontologie, les droits d’auteurs, les institutions luxembourgeoises, la loi sur la presse, etc.

Les cartes de presse sont délivrées par la Commission des cartes. Cette commission est composée à parité de journalistes et d’éditeurs et est présidée par le président du Conseil de Presse. Cette commission gagnera en importance une fois la réforme de la loi sur l’aide à la presse achevée. Cette réforme prévoit, entre autres, que l’aide financière ne sera plus basée sur la quantité des contributions éditoriales mais sur la qualité, c’est-à-dire que le nombre de journalistes titulaires d’une carte de presse qui ont été recrutés sera déterminant.

La session plénière du Conseil de Presse sera également composée à parts égales de journalistes et d’éditeurs. La durée du mandat est de deux ans. Le nombre de membres varie entre 30 et 34. L’Assemblée plénière se réunit périodiquement pour discuter et adopter les travaux et les propositions du bureau exécutif.

Le bureau exécutif (également à représentation égale) se compose du président, du secrétaire général, du trésorier, de deux vice-présidents et de trois assesseurs. Les trois premiers bureaux alternent tous les deux ans entre le groupe des éditeurs et celui des journalistes.

En plus de la commission des cartes, le Conseil de Presse a également d’autres commissions : La commission des plaintes, qui traite des recours de la population contre les professionnels des médias, la commission d’appel des cartes de presse, qui traite des recours en cas de refus d’une carte de presse, la commission de la formation, qui organise des stages de formation pour les futurs journalistes et les journalistes confirmés, la commission de l’éducation aux médias, qui organise, entre autres, le « Concours jeune journaliste » annuel avec le SCRIPT et le ministère de l’éducation nationale, etc.

Une des tâches importantes du Conseil de Presse est d’être le gardien du code de déontologie des journalistes professionnels. Lors de l’émission de la carte de presse, chaque journaliste professionnel reçoit un exemplaire relié du code de presse et du code de déontologie. Chacun doit accuser réception de ces documents en les signant.

Initialement situé dans un bâtiment de la Theaterplatz à Luxembourg-ville, la nouvelle adresse du Conseil de Presse est désormais: 53, avenue de la Gare, L-1610 Luxembourg. Le bureau administratif (secrétaire : Myriam Kerschen) est ouvert le matin et l’après-midi en semaine et peut être contacté par téléphone au 00352 22 23 11-1. Adresse postale : secretariat@press.lu.

Remarque dans la marge

L’utilisation d’équipements de presse pour l’autorégulation de la presse remonte à 1916, lorsque le Conseil suédois de la presse a été créé. Cette idée a été reprise par la Finlande en 1927 et par la Norvège un an plus tard. Ce n’est qu’en 1947 que le concept de « Conseil général de la presse » est devenu réalité en Grande-Bretagne. D’autres dispositifs de presse ont été mis en place en Allemagne à partir de 1956, en Autriche à partir de 1961 et aux Pays-Bas à partir de 1968. Aujourd’hui, il existe environ 40 presses dans le monde, dont la moitié en Europe.

Le rôle du Conseil de Presse

Claude-Jean Bertrand, expert dans le domaine des médias, a déclaré lors d’une réunion européenne des commissions des plaintes contre la presse à Londres en 1999 : « Un conseil de presse est une association non gouvernementale de personnes qui souhaitent protéger la liberté et la qualité des médias d’information, principalement en les rendant responsables devant le public. Et ils le font principalement – mais pas seulement – en recevant des plaintes du public, et en donnant leur avis sur ces griefs – sans pouvoir les punir sauf par une exposition, c’est-à-dire une publication.